Cafetières à siphon : quelles sont les meilleures machines à café sous vide ?

Les 5 meilleures cafetières à siphon

En tant que passionnée de café à plein temps, je suis excitée par les méthodes de préparation du café uniques, mais aucune ne m’excite autant qu’une cafetière siphon (également appelée machine à café sous vide ou cafetière à dépression).

Aujourd’hui, je vais vous présenter les meilleures cafetières à siphon du moment. Amis puristes et passionnés, je vous souhaite une excellente lecture !


5 – Cafetière à siphon YAMA

Cette cafetière est livrée avec un élégant support à trois bras avec une base en céramique décorée, mais à part cela, son design est très similaire à celui de la Hario Technica (2ème de notre classement).

SIPHON À CAFÉ YAMA

Malheureusement, ses performances ne sont pas à la hauteur de la Hario Technica. Alors que la Hario est d’une fiabilité irréprochable, la Yama semble avoir quelques problèmes de conception.

Nous avons eu des échos comme quoi le joint en caoutchouc du siphon de la Yama n’est pas toujours efficace, ce qui peut empêcher la formation d’un vide intégral.

En revanche, cette cafetière à siphon possède son propre brûleur au butane, qui est une source de chaleur très efficace. De plus, vous avez la possibilité d’utiliser ce système d’infusion sur une cuisinière ou un poêle.

POINTS FORTS POINTS FAIBLES
  • Un design élégant à la fois moderne et vintage.
  • La cafetière est livrée avec un brûleur au butane, mais elle peut également être utilisée sur un poêle.
  • Assez chère
  • Elle souffre parfois de problèmes d’étanchéité au niveau du joint du siphon, ce qui peut perturber la préparation du café.


4 – Cafetière à siphon BALANCE ROYALE BELGE

Si vous cherchez une cafetière à siphon au look original authentique ou à illuminer votre décoration d’intérieur, la Balance Royale Belge est la voie à suivre.

Cette cafetière est une combinaison de classe et de raffinement. Il s’agit d’un remake de l’une des premières machines à café à dépression inventée dans les années 1850 : la cafetière à dépression Napier.

Pour autant, la machine fonctionne aussi bien que la plupart des autres machines à café sous vide modernes. Malheureusement, cette machine est relativement chère et s’adresse principalement aux puristes qui apprécient les méthodes de préparation ancestrales ou aux collectionneurs.

Contrairement à d’autres machines à café sous vide, qui empilent une chambre sur une autre, les chambres du siphon sont placées l’une à côté de l’autre. Malgré ce design unique, la Balance Royale Belge fonctionne selon les mêmes principes de base.

Enfin, notez que les pièces de rechange peuvent être très difficiles à trouver.

POINTS FORTS POINTS FAIBLES
  • Le design authentique original ne manquera pas d’impressionner.
  • Le mécanisme unique est toujours amusant à regarder.
  • Une machine performante qui est relativement automatique et facile à utiliser.
  • La majeure partie de la machine est en métal, elle n’est donc pas aussi fragile que les autres modèles de cafetières à siphon.
  • Prix assez élevé
  • Elle peut être difficile à nettoyer et les pièces de rechange sont difficiles à trouver.
  • Moins personnalisables que d’autres cafetières sous vide.


3 – Cafetière à dépression BODUM PEBO

Bodum est une entreprise scandinave qui est connue pour concevoir des cafetières aux designs propres et minimalistes sans sacrifier les performances. La cafetière à dépression Bodum Pebo ne fait pas exception à la règle.

Cette cafetière est légèrement plus grande que la Yama et est fabriquée à partir de matériaux de qualité légèrement supérieure.

Étonnamment, cette cafetière n’utilise pas de couvercle pour la chambre supérieure, ce qui n’est généralement pas un problème, sauf si vous mettez trop d’eau.

Cafetière à Dépression en Verre

Cette cafetière utilise la méthode efficace d’infusion à vide qui permet d’extraire la précieuse huile de votre café préféré afin d’en restituer toute la saveur naturelle. Le processus d’infusion par dépression empêche l’arôme de s’échapper jusqu’à ce que le café soit prêt.

La cafetière peut préparer entre 4 et 8 délicieuses tasses de café, en 5 à 11 minutes.

L’eau va bouillir dans le bol inférieur et remonter par la colonne de verre dans le bol supérieur pour se mélanger au café grossièrement moulu. L’infusion se fait ainsi à température idéale autour de 95 °C pour extraire le meilleur arôme du café et conserver ses huiles et ses acides naturels.

Lorsque que le café est redescendu, il est prêt à être dégusté. Les connaisseurs vous le diront : il s’agit là d’une des meilleures méthodes pour préparer le café.

POINTS FORTS POINTS FAIBLES
  • Choix de la température du café
  • Nombreuses configurations de café
  • Simple d’utilisation
  • Arômes sublimés avec tous types de cafés moulus
  • Ce modèle fonctionne aussi bien sur le gaz que sur les plaques électriques
  • Design plus classique
  • Relativement bruyante
  • Le marc à café tombe parfois à côté du réceptacle
  • Ne fonctionne pas sur les plaques en vitrocéramique ou induction


2 – Cafetière à siphon HARIO TECHNICA

Cette cafetière à siphon connait un gros succès dernièrement, dans les cafés traditions, dans les cafés branchés et dans de nombreuses vidéos sur YouTube. Et ce, pour une bonne raison.

Grâce à la propension japonaise à la conception simple et efficace, la Hario Technica est une des machines à café préférées des amateurs de café.

Hario Siphon à café TCA

La qualité de cette cafetière éclipse la Yama, 5ème de notre classement. Grâce à la fiabilité de la Technica, vous ne rencontrerez aucun des problèmes (fragilité, joint inadéquat et mauvais drainage) qui semblent survenir sur les Yama.

La Hario Technica est une cafetière à siphon autonome qui ne manquera pas d’impressionner vos convives. Elle se décline en deux versions (trois tasses ou deux tasses) et est équipée de son propre brûleur à alcool.

Si vous recherchez une cafetière classique au design vintage authentique, celle-ci devrait figurer en tête de votre liste.

POINTS FORTS POINTS FAIBLES
  • Une conception simple et efficace rend la Technica facile à utiliser et à nettoyer.
  • Bon rapport qualité/prix.
  • Le verre rustique est moins susceptible de se briser que sur d’autres modèles de cafetière sous vide.
  • Elle utilise un filtre en tissu qui a tendance à se salir rapidement.
  • Le brûleur d’alcool est lent à chauffer l’eau


1 – Cafetière à siphon YAMA STOVETOP

La cafetière à siphon Yama Glass Stovetop permet de préparer jusqu’à 8 tasses en une seule infusion.

Comparé aux autres cafetières sous vide, la Yama Stovetop a un design sobre et sa conception soignée la rend très facile à utiliser.

La plupart des personnes qui achètent la Yama trouvent sa simplicité déconcertante et sa qualité d’infusion comparable à celle des autres cafetières sous vide plus chères. Les enfants adorent observer cette expérience scientifique magique : des bulles d’eau chaude qui circulent à travers le siphon pour ensuite venir percuter le café moulu.

Le procédé produit un café délicieux, riche et moelleux d’une qualité très proche de celle d’une Chemex (la saveur dépend de la qualité du café que vous utilisez).

Pour nous, l’avantage principale de la Yama est que le café est entièrement infusé dans le verre. Il n’y a donc pas d’arrière-goût plastique tel que nous le détectons parfois dans le café d’une machine automatique et il n’y a aucun arrière-goût de métal brûlé tel que nous le percevons souvent avec les percolateurs en métal.

Le nettoyage est assez facile. Même le café turc finement pulvérisé se décolle facilement à l’aide d’une cuillère.

POINTS FORTS POINTS FAIBLES
  • Esthétisme sobre
  • Robuste malgré la fragilité relative du verre
  • Adaptée à des préparations variées
  • Puissance considérable
  • La machine n’est malheureusement pas automatique

Qu’est-ce qu’une cafetière à siphon ?

Une cafetière à dépression ou cafetière à siphon est un ustensile de préparation du café, composé de deux chambres où interviennent successivement les deux phénomènes de pression de la vapeur d’eau et d’aspiration due à une dépression consécutive à son refroidissement.

Elle a été vraisemblablement inventée par un certain Loeff, à Berlin dans les années 1830. La cafetière à dépression Napier, présentée en 1840, a été l’un des premiers exemples de cette technique.

Ce type de cafetière est également connu sous le nom de cafetière Cona, marque populaire en Europe après 1920. Le Bauhaus a produit une interprétation de cet appareil sous la forme de la cafetière Sintrax de Gerhard Marcks, en 1925.

Malgré la relative complexité de ces cafetières, elles ont toujours été appréciées pour la finesse du café qu’elles pouvaient produire et, pour cette raison, elles ont connu une assez grand succès jusqu’au milieu du XXe siècle.

 

Avec quels matériaux les cafetières à siphon sont-elles fabriquées ?

La forme et la disposition de ces cafetières peuvent varier.

Elles sont constituées de deux ampoules de verre superposées, ou parfois simplement juxtaposées et reliées par un tuyau.

Depuis 1915, les chambres sont le plus souvent en verre borosilicate (de type Pyrex), mais elles peuvent être construites au moins partiellement en métal. Les deux chambres sont séparées par un filtre qui peut être soit une tige de verre, soit un écran de métal, de tissu, de papier ou de nylon.

 

Comment fonctionne une cafetière à siphon ?

Le principe d’une cafetière à siphon est simple.

L’eau est chauffée dans un récipient d’ébullition qui est scellé, à l’exception d’un tuyau qui passe de la base du récipient d’ébullition au fond d’un récipient d’infusion de café via un filtre.

Le processus de chauffage crée une pression de vapeur qui force l’eau chaude à travers le tuyau et dans le récipient d’infusion où le café moulu a été placé. Lorsque presque toute l’eau est ainsi passée dans la cuve de brassage, la chaleur est évacuée du récipient d’ébullition et, au fur et à mesure que la vapeur se condense, elle crée un vide qui ramène le café fraîchement infusé dans le récipient d’ébullition.

Le résultat est un récipient bouillonnant rempli de café parfaitement filtré, infusé à la température optimale juste au-dessous du point d’ébullition. L’avantage de ce procédé est que les lois de la physique imposent que le café ne soit jamais plus chaud que le point d’ébullition de l’eau. Ainsi, le café ne peut jamais être brûlé.